L’IRD en Bolivie : 50 ans de coopération scientifique au service des populations

En 2018, l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), organisme scientifique reconnu internationalement, célèbre 50 ans de coopération scientifique franco-bolivienne.
Ses projets de recherche scientifique innovants, privilégient une approche pluridisciplinaire pour anticiper et répondre aux crises environnementales, sanitaires ou géostratégiques. L’IRD a toujours eu à cœur de renforcer et favoriser les échanges entre la France et la Bolivie à travers une collaboration scientifique équitable avec et pour ses partenaires.

En 2018, l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), organisme scientifique reconnu internationalement, célèbre 50 ans de coopération scientifique franco-bolivienne.
Ses projets de recherche scientifique innovants, privilégient une approche pluridisciplinaire pour anticiper et répondre aux crises environnementales, sanitaires ou géostratégiques. L’IRD a toujours eu à cœur de renforcer et favoriser les échanges entre la France et la Bolivie à travers une collaboration scientifique équitable avec et pour ses partenaires.

Tout au long de l’année, l’IRD s’attachera à rappeler l’importance du travail effectué par les scientifiques et envisager le futur de la coopération scientifique entre la France et la Bolivie. Une série de conférences, sorties de terrain, manifestations destinées au grand public seront organisées dans la capitale et en province avec l’appui des universités , des instituts publics ainsi qu’avec les membres du réseaux français de l’IRD*. Chacun des événements illustrera un des 17 Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies soutenus par la France, tout en mettant en valeur les recherches scientifiques développées en partenariat avec la Bolivie.

En 1968, l’IRD - anciennement ORSTOM - débute officiellement ses activités de recherche et de formation scientifique, en Bolivie, dans le domaine de la géologie. Pour la petite histoire, ce sont des chercheurs de l’ORSTOM qui les premiers ont publié sur le minerai de lithium découvert dans le Salar de Uyuni ; bien avant de connaître les immenses enjeux que représenterait ce minerai quelques décennies plus tard... L’ORSTOM, a, également, très largement contribué à l’élaboration d’une étude hydrogéologique sur la capitale bolivienne menée par la municipalité de La Paz qui fait, encore aujourd’hui, référence.

Au fil des années, les chercheurs de l’IRD ont étendu les champs de leurs collaborations scientifiques et se sont, ainsi, intéressés aux glaciers, aux écosystèmes amazoniens et de très haute altitude. Par la suite, ils ont commencé à étudier les maladies tropicales endémiques encore alors peu connues (comme la maladie de Chagas, la dengue, et aujourd’hui zika) ainsi que leurs conséquences sur les populations ;ils ont, également,mené des recherches sur les structures et évolutions de la société bolivienne (migrations, économie familiale notamment agricole, etc.). Former et accompagner les nouvelles générations de chercheurs a été, dès le début, et est, encore aujourd’hui, au cœur des missions de l’IRD. De très nombreux scientifiques boliviens après avoir obtenu un master et/ou un doctorat en France, enseignent et font de la recherche au sein des principales universités publiques du pays.

L’action de l’IRD en Bolivie, largement connue et reconnue par les Boliviens, constitue un des relais et un levier de la diplomatie française dans le pays. Elle renforce, par ses convergences étroites avec l’action menée par d’autres organismes publics, comme l’Agence Française de Développement et l’Institut Français d’Etudes Andines, la cohérence de la politique française d’aide au développement en Bolivie.


* Consulter toute l’actualité de l’IRD sur la page Facebook : Agenda Cultural - Francia en Bolivia et sur la page Facebook : El IRD en América Latina. Les manifestations auront lieu à La Paz, Cochabamba, Santa Cruz et Sucre.

publié le 27/04/2018

haut de la page