Inauguration du centre de commandement construit par Thalès [es]

Le Président Evo Morales a inauguré le 11 septembre dernier à Cochabamba le centre de commandement et de contrôle automatisé destiné à permettre la gestion en temps réel de toutes les composantes du projet SIDACTA (Système intégré de défense et de contrôle de la circulation aérienne). Ce projet, basé sur un ensemble de radars destinés à surveiller les frontières, vise principalement à renforcer la sécurité aéroportuaire et à lutter contre le narcotrafic.

JPEG

En 2006, le gouvernement de l’État plurinational de Bolivie a décidé d’entamer un processus de modernisation de ses forces armées. A cette époque, le pays ne disposait en effet d’aucun moyen pour détecter les vols non coopératifs (narcovuelos) et, dans le domaine de l’aviation civile, les systèmes de contrôle du trafic aérien étaient obsolètes. De plus, il n’y avait qu’un seul radar situé près de Cochabamba et ne couvrant que ce secteur du pays.

JPEG

La mise en œuvre de ce projet, avec l’accompagnement de l’entreprise française Thalès, devrait permettre de :

- détecter et combattre les vols illicites (trafic de drogue, intrusion dans l’espace aérien, vols non autorisés), c’est-à-dire assurer la protection du territoire national.

- améliorer la sécurité des vols commerciaux et développer de nouveaux services de gestion du trafic aérien en approche et en route.

- intégrer la Bolivie à la dynamique de la croissance du trafic aérien sur le continent.

- contribuer au développement social et économique de la Bolivie en dotant le pays d’une infrastructure moderne et durable qui permette le développement du transport aérien national et international et en améliorant les recettes provenant des taxes de survol.

JPEG

Les radars civils de La Paz, Tarija, Santa Cruz, Cochabamba, Trinidad et le radar militaire de Roboré sont déjà opérationnels, fournissant aux contrôleurs de la circulation aérienne des informations précieuses.

L’entreprise Thalès, l’un des leaders mondiaux en solutions de haute technologie destinées aux secteurs de l’aérospatiale, des transports, de la défense et de la sécurité, représente une référence connue dans ces domaines : plus de 60 forces aériennes ont recours à cette entreprise avec plus de 600 radars et 200 centres de défense dans le monde.

Thalès est une société dont le gouvernement français est le principal actionnaire, en plus d’avoir des actionnaires privés de référence tels que le groupe Dassault. Il est présent en Amérique du Sud depuis plus de 50 ans avec 2 500 collaborateurs répartis dans 8 sous-régions : Brésil, Mexique, Chili, Colombie, Bolivie, Amérique centrale et Caraïbes, Argentine (Cône Sud), Pérou et Équateur.

Le contrat de mise en œuvre du projet, qui prendra fin en avril 2020, s’inscrit dans le cadre de l’accord de coopération en matière de défense entre le gouvernement de la République française et le gouvernement de l’État plurinational de Bolivie signé le 14 mai 2014.

publié le 17/09/2019

haut de la page